Venir chez nous à Halte en Cocagne, c’est venir en famille, entre amis ou en séminaire se connecter à un lieu particulier, chargé d’Histoire, de vies, d’anecdotes et de longues heures de réflexion pour vous accueillir dans ces maisons, qui sont devenues un peu les nôtres à chacune des restaurations.
Ainsi, on a eu envie de vous parler de nos inspirations, de nos petits secrets, de notre « Pays », de ce territoire, de son Histoire, des humains qui le peuplent, des anecdotes de nos familles qui ont permis la naissance de ce rêve au milieu du Tarn.

Vous avez certainement déjà entendu cette expression « Bienvenue en Pays de Cocagne » lorsque vous arrivez ici ? Mais à quoi fait-elle référence ?
Vous n’avez pourtant débarqué ni dans un tableau du peintre Bruegel, ni en compagnie de Pantagruel, encore moins dans un conte des frères Grimm, qui y font tous référence.
Aujourd’hui, cette expression fait plus appel à un paradis terrestre de profusion où la nature regorge et où les habitants sont profondément heureux.
C’est vrai, qu’il fait bon vivre dans le Tarn.
Quant à son étymologie, elle est souvent discutée et reste énigmatique.
Serait-ce le nom d’un poète italien Coccaie rêvant d’un pays merveilleux ? La référence à une ville allemande Kockengen où sont produits de succulents gâteaux de miel ? Une lointaine référence au verbe angalis « to cook » …
Ici nous avons notre petite idée… au printemps, il y a des champs de fleurs jaunes appelés pastel (isatis tinctoria). À base de leurs feuilles sont constituées des boules, désignées sous le terme de « coque », « la cocagne » ou « coquaigne ». Peut-être que cette culture expliquerait dans notre terroir l’utilisation persistante de ce terme Cocagne, qui permit au XIIème siècle d’assurer la fortune de nombreux marchands.

Le pastel, pour plus de détails… nous vous en reparlerons dans un prochain article.